Sélectionner une page

C’est quoi être intersexe ?

accueil 5 Santé 5 Connaître son corps 5 C’est quoi être intersexe ?
intersexe explications

L’intersexuation, c’est quoi

Les personnes intersexes sont nées avec des caractères sexuels (génitaux, gonadiques ou chromosomiques) qui ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps dits « masculins » ou « féminins ». Être intersexe est bien plus répandu qu’on ne le pense. Selon les experts, il y a autant de personnes intersexes que de personnes rousses. Parce que leur corps est considéré comme différent, les enfants et adultes intersexes sont souvent stigmatisés et subissent de multiples violations de leurs droits humains, tels que le droit à la santé, à l’intégrité physique, à l’égalité et à la non-discrimination et le droit à ne pas être soumis à la torture ou à de mauvais traitements. (Source : Haut-Commissariat des Nations Unis aux Droits de l’Homme)

Le genre est assigné à la naissance en fonction de certaines caractéristiques, la première étant le sexe génital. Cependant, d’autres caractéristiques secondaires entrent aussi en compte tel que les chromosomes, le taux de production d’hormones (Œstrogène, testostérone et progestérone), etc.

Les personnes intersexes possèdent des caractéristiques ne permettant pas l’assignation directe d’un genre binaire et un choix doit être fait pour le nouveau-né afin que celui-ci corresponde aux attentes sociétales cisnormées*. Ce choix consiste très souvent en des mutilations génitales dès le plus jeune âge avec parfois un traitement hormonal sur le long terme.  Cela peut entraîner des problématiques liées à l’image du corps, à l’identité de genre et à la santé mentale de manière plus globale en renvoyant la personne à un état d’anomalie, de malformation.

Quelles revendications ?

Voici quelques revendications du Collectif Intersexe Activiste qui s’oppose à la pathologisation des personnes intersexes et se prononce fermement pour l’autodétermination[1] :

  • La fin des mutilations, stérilisations, traitements hormonaux non consentis et ne répondant pas à une urgence vitale sur des personnes intersexes quel que soit leur âge, c’est-à-dire le respect de leur intégrité physique, ainsi que le respect de leurs droits dans le système de santé tels qu’établis dans la loi Kouchner, ainsi que l’abandon du terme “anomalies du développement génital”,
  • La pleine information des personnes intersexes, ainsi que pour les mineurs, de leurs responsables légaux, y compris l’accès à leurs dossiers médicaux et l’accès à une information non pathologisante. Cela implique des groupes de soutien et d’échanges, et le partage de savoirs théoriques et historiques sur les luttes et les conditions intersexes, ainsi que le soutien à la recherche et à l’accès aux droits,
  • La formation de tout personnel (médical, social, juridique, de petite enfance, éducatif…) en contact avec des personnes intersexes de tout âges et leur entourage,
  • La suppression de la mention de sexe/genre à l’état-civil, ainsi que le changement de prénom, et en attendant sa suppression, son changement sur simple demande en mairie, librement et gratuitement, c’est-à-dire le respect du droit à l’autodétermination des personnes. Dans le même esprit ils visent la fin de la ségrégation sexuée de la société dans tous les domaines y compris sportifs.

[1] https://cia-oiifrance.org/

*Qui promeut comme norme le fait qu’une personne née mâle s’identifie comme homme et qu’une personne née femelle s’identifie comme femme.

A qui en parler ? 

Si vous êtes concernés ou que vous êtes sensibles à ces questions, nous vous conseillons fortement le site du Collectif Intersexe Activiste, le premier collectif par et pour les personnes intersexes.

Les écoutant.e.s de Sexualités Info Santé sont à votre écoute par téléphonelivechat ou par mail.