Les troubles de l’érection : on en parle

accueil 5 santé 5 les bugs du corps 5 Les troubles de l’érection : on en parle

L’impuissance sexuelle : quelle définition ?

L’impuissance sexuelle ou dysfonction érectile se définit comme une incapacité à obtenir ou à maintenir une érection suffisante pour avoir une relation sexuelle satisfaisante. Mais attention, on ne parle de dysfonction érectile que lorsque cette incapacité se manifeste pendant plus de trois mois consécutifs, et qu’elle se manifeste à chaque rapport sexuel !

Pas d’inquiétude, donc, si vous avez une panne de temps en temps : c’est normal, banal, et ne remet pas en cause votre capacité à avoir une érection par le futur.

Quelles en sont les causes ?

On a vu dans cet article ce qui se passe au moment de l’érection : sous l’effet de la stimulation et/ou de l’excitation sexuelle, les corps caverneux qui tapissent l’intérieur du pénis se relâchent, sont irrigués comme des éponges par des artères et créent un gonflement de l’organe. La dysfonction érectile survient à cause d’une baisse chronique de l’afflux de sang dans le pénis.

De multiples raisons peuvent expliquer la dysfonction érectile :

Des facteurs physiques : problèmes hormonaux, surpoids mais également certaines maladies chroniques et/ou maladies cardiovasculaires…,
Des facteurs psychologiques : stress, anxiété, dépression, difficultés liées à une/des mauvaises expériences, difficultés relationnelles…,
Des effets secondaires de certains traitements,
La consommation de drogues (notamment l’héroïne et la cocaïne) et le tabagisme.

Quels traitements pour les troubles érectiles ?

Lorsqu’on souffre de dysfonction érectile, il est important de consulter tout d’abord un médecin, qu’il s’agisse d’un généraliste ou d’un médecin sexologue. En effet, il est important d’écarter tout lien avec une pathologie.

Néanmoins, les troubles érectiles sont banaux, rarement causés par une maladie grave, et trouvent très souvent une solution.

La dysfonction érectile est souvent causée par une association de facteurs physiques et psychologiques. Si ces derniers sont très présents, l’initiation d’une psychothérapie ou une consultation avec un médecin psychiatre (selon les besoins) peut être un premier pas.

Il existe également des traitements médicamenteux ou mécaniques : en cas de persistance dans le temps, des vasodilatateurs peuvent être prescrits pour augmenter l’afflux de sang dans le pénis.

Le saviez-vous ? Le priapisme est une érection douloureuse durant plus de 2 heures. Elle survient sans stimulation sexuelle, et ne régresse pas à l’éjaculation. Si de l’exercice physique (pompes, marche rapide…) et l’application de froid ne parviennent pas à faire régresser l’érection au bout de quatre heures, il faut se rendre aux urgences.

A qui en parler ?

Votre médecin généraliste, un médecin sexologue ou un andrologue.

vos questions

J'ai 17 ans et une nouvelle copine. J'ai super envie d'elle mais on a essayé trois fois et j'ai débandé à chaque fois...est-ce que je suis impuissant ?

Lorsqu’on commence sa sexualité, ça peut arriver de se mettre une telle pression que maintenir une érection se révèle compliqué. Cela ne correspond pas à des troubles de l’érection, mais souvent à un facteur stress très important. Il n’y a pas de solution toute faite, mais l’objectif c’est de se détendre. La sexualité n’est pas une performance ou tout doit être parfait du début à la fin ! Il y a des ratés, des moments un peu gênants, des fous-rires…

Parfois, c’est la pose du préservatif qui génère la perte d’érection. Ce n’est pas évident quand on a pas l’habitude de s’arrêter net pour mettre une capote… L’entraînement en solo ou à deux peut aider, et transformer ce moment en moment d’intimité plutôt qu’en contrainte est une bonne idée.

ultricies accumsan felis risus. sem, quis nec Sed nunc vel, ut fringilla