Sexe à plusieurs : levons le tabou

accueil 5 Sexualités 5 pratiques et usages 5 Sexe à plusieurs : levons le tabou
sexe à plusieurs sexualités info santé

Je vais de temps en temps dans des clubs échangistes, mais je n’ose pas en parler avec ma gynéco. Je dois faire un test VIH ?

Fabienne

42 ans, Cenon

Avec ma compagne on va dans des soirées libertines, et on ne protège pas les préliminaires. On risque quelque chose ? 

Rachid

55 ans, Brest

Un peu de vocabulaire pour commencer 

Ce qu’il y a de bien avec les pratiques à plusieurs, c’est que cela ouvre des perspectives. Et comme dans chaque domaine, il existe un vocabulaire dédié. Voici donc quelques définitions, pour ne pas s’emmêler les pinceaux, et pourquoi pas lancer une discussion lors de votre prochaine soirée entre potes.

On commence par les plus connus :

  • Echangisme : c’est une pratique sexuelle et comme son nom l’indique on échange son ou sa partenaire avec celui ou celle d’un.e autre.
  • Partouze / gang bang : peut se définir comme une relation sexuelle en groupe, donc avec plusieurs personnes en même temps.

Mais on peut aussi affiner :

  • Triolisme : votre couple + 1 autre partenaire, plus connu sous le nom de plan à trois,
  • Mélangisme : on se mêle, on se frôle, on se touche mais on ne se pénètre pas,
  • Cotacotisme : là on ne se mélange pas : les couples sont juste côte à côte mais chacun chez soi,
  • Candaulisme : un.e des partenaire regarde son.sa partenaire avoir des rapports avec d’autres personnes. Il est plus fréquent, dans un couple hétéro, que ce soit l’homme qui regarde, mais le contraire peut exister aussi.

Cela vous attire ?

Penser à certaines pratiques peut être excitant, sans pour autant avoir envie de le vivre en vrai. C’est ce que l’on appelle le fantasme… Et parfois naît le désir de vivre ces situations. Lorsque cela ne concerne que soi-même, la décision est facile : cela m’excite, j’ai envie de le faire, je me sens prêt.e, j’y vais. Et si cela ne me plait pas, j’arrête, je dis non. A chacun.e de contacter ses envies et ses limites, en n’oubliant pas que ce qui n’est pas attirant aujourd’hui le sera peut-être plus tard, et inversement. Et attention … ce qui relève du fantasme n’est pas toujours à la hauteur de nos attentes lorsqu’on le réalise. 

Cela peut être plus compliqué si c’est une expérience de couple. La communication entre les deux partenaires est alors primordiale pour vérifier que tout le monde est vraiment, pleinement ok . Il va peut-être falloir que l’un prenne le temps (et ait la patience) d’attendre l’autre. Et surtout, la condition ultime, et non négociable, est que le désir soit partagé par les deux personnes. Et là on ne parle pas du désir de faire plaisir à l’autre (voire la peur de ne pas faire plaisir), non non, on parle du plaisir personnel, individuel, de vouloir essayer ces pratiques.

Cela peut avoir l’air idiot, ou prude, d’insister autant, mais il faut bien comprendre que pour certaines personnes, il peut être compliqué d’avoir du plaisir, et parfois un plaisir inattendu, avec un.e autre partenaire, devant son ou sa partenaire habituel.le. Et il peut aussi être très déstabilisant de voir son ou sa partenaire prendre du plaisir avec d’autres. Quand l’envie est là, partagée, tout cela peut être source de plaisir. Mais s’il y a un doute, cela peut être source de malentendu, de discorde.

Donc on en parle avant, après, éventuellement pendant, et on partage ce qui plait, ce qui dérange, ce qui ne plait pas. On évite les non-dits, les tabous, et on respecte le non de l’autre. En bref, le consentement est personnel mais l’expérience se vit en couple.

Quels sont les risques ? Différences entre un rapport à 2 ou un rapport à plus ?

Quel que soit le nombre de personnes, les modes de transmission du VIH et des IST restent les mêmes. Il est évidemment conseillé, de protéger par un préservatif les pénétrations anales et vaginales. Quant à la fellation faite, le risque de contamination par le VIH est faible sauf si on reçoit du sperme dans la bouche, et en l’absence de vaccination, il existe un risque également pour l’hépatite B ainsi que pour les autres IST. Il y a juste une nouvelle notion à respecter : changer de préservatif entre chaque partenaire, et entre chaque orifice (on évite surtout de passer de l’anus au vagin afin d’éviter l’apport de bactéries digestives au niveau de la flore vaginale).

Le sexe est par définition un moment de lâcher prise, il peut y avoir des moments où rester vigilant.e est compliqué. Il est donc courant, lors de pratiques à plusieurs notamment, de demander à une personne de veiller à ce que tout se passe bien (par exemple il ou elle veillera à ce que chaque partenaire utilise un préservatif).

La présence de cette personne est encore plus importante en cas de consommation d’alcool ou de produits, pour atteindre le lâcher prise et pour augmenter le plaisir de certaines personnes qui consomment des produits psychotropes. C’est ce qu’on appelle  du Chemsex. Atteindre des états modifiés pour prendre plus de plaisir ne date pas d’hier mais cela demande une attention très particulière, notamment en lien avec les risques liés à l’usage de drogue mais également à la prise de risque vis-vis des IST.

Quel suivi, quel.le médecin, avec qui en parler ?

Il peut arriver que le ou la médecin généraliste ou le.la gynéco soit apte à répondre à ce genre de question et que l’on ait envie d’en parler avec eux. Mais si ce n’est pas le cas, on peut aller dans un centre de dépistage gratuit ou dans un centre de santé sexuelle. On y rencontre généralement des personnes ouvertes aux questions liées à la sexualité, qui permettent d’être à l’aise et de ne pas se sentir jugé.e.s

Si vous avez simplement envie d’en parler, d’échanger, les écoutant-e-s de Sexualités Info Santé sont à votre écoute par livechat ou par mail.

 

Et le plaisir dans tout ça ?

C’est le but ! Se faire du bien ! Et là, pas de secret, quelle que soit notre sexualité, à 2 ou à plus, il est primordial de se sentir en confiance et en sécurité.

Cela commence donc par savoir (à peu près bien sûr) ce que l’on veut, et surtout ce que l’on ne veut pas. Ces limites sont importantes et chacun doit respecter les limites de l’autre. Il ne faut donc pas hésiter à refuser une pratique qui ne vous plait pas, même si d’autres le font.

Ecoutez-vous, avancez à votre rythme, et profitez !

Pour aller plus loin : Libertinage débutant