Le consentement dans la sexualité, c’est quoi ?

accueil 5 société 5 rapport à l'autre 5 Le consentement dans la sexualité, c’est quoi ?

Le consentement dans la sexualité, c’est lorsqu’un rapport ou un acte sexuel est souhaité / désiré par les deux (ou plus, le cas échéant) partenaires. Même si la médiatisation de ce terme donne l’impression que ce questionnement est récent, ce n’est absolument pas le cas ! Tout rapport sexuel, quel qu’il soit, comporte, et a toujours comporté, une part de négociation.

Cette négociation peut être explicite (Est-ce que tu as envie de ça ? Oui, Non) ou implicite : les partenaires peuvent communiquer leurs envies et leurs ressentis par des gestes (secouer la tête), des expressions du visage (un sourire, un visage crispé, etc.), des postures corporelles (tendue, mouvement de recul, posture ouverte, etc.) …

On ne le dira jamais assez : le consentement dans la sexualité, c’est très important.

Mais parfois, on nous pose des questions très pertinentes sur les limites de ce terme.

vos questions

Je débute tout juste ma sexualité, comment savoir ce dont j’ai envie ?

Vous avez probablement entendu parler de consentement dans les journaux, dans des livres, sur le web mais vous êtes nombreux à vous poser une question importante : comment savoir ce dont on a envie lorsqu’on n’a pas, ou peu d’expérience de la sexualité ? Ce n’est en effet pas si facile, car personne ne débute sa sexualité avec une idée claire de ce qu’il/elle veut (ou pas).
La sexualité est faite de découverte et de tâtonnements, mais certains conseils peuvent être utiles :

1) Prendre son temps. Cela peut paraître un peu bateau, mais se laisser le temps de découvrir des sensations nouvelles petit à petit peut vous aider à identifier lorsque c’est bien, lorsque ça ne vous plaît pas et lorsque ça va trop loin.

2) Prendre du recul. Aujourd’hui, on est abreuvé très tôt d’images et de récits plus ou moins explicites de la sexualité. Dans la publicité, sur internet, entre ami·e·s, la sexualité peut être vue, consommée, racontée. Il est important de situer ces images dans leur contexte : elles ne racontent pas le « vrai sexe », mais sont des performances destinées à un public. Ces contenus sont joués, montés de manière à offrir un spectacle. Dans la vraie vie, la sexualité est rarement une performance athlétique sans accrocs.

3) Se faire confiance. Si au cours d’un rapport sexuel, vous commencez à vous sentir mal ou que vous trouvez que quelque chose ne va pas physiquement ou émotionnellement, c’est peut-être le moment de faire une petite pause ou d’arrêter. N’ayez pas peur d’en parler à votre partenaire : même si vous avez l’impression que c’est un échec ou que vous avez honte, il ou elle a probablement déjà vécu des choses similaires !

4) Communiquer avec votre partenaire. Même si vous ne le/la connaissez que peu, n’hésitez pas à vous exprimer si vous ressentez de la douleur, du malaise ou tout simplement si vous n’êtes pas vraiment sûr·e d’apprécier ce qui se passe. De la même manière, soyez à l’écoute des signaux verbaux ou non-verbaux de votre partenaire.

5) Limiter et, idéalement, éviter la consommation de produits psychoactifs (alcool, cannabis, drogues) avant et pendant les rapports sexuels, en particulier si vous n’avez pas l’habitude d’en prendre. Cela vous permettra d’être plus à l’écoute de votre corps, de vos sensations, et de ne pas aller plus loin que vous le pouvez. De plus, certains produits psychoactifs ont un impact négatif sur la libido, la performance sexuelle et le ressenti du plaisir, ce qui serait dommage.

J’ai très envie d’essayer une pratique avec mon-ma partenaire, mais il-elle refuse. Comment lui donner envie ?

Dans l’absolu, si votre partenaire refuse catégoriquement une pratique dans sa sexualité, c’est son droit et vous n’avez pas à insister.

Bien sûr, cela n’empêche pas d’en parler, notamment pour essayer de déterminer avec lui-elle les raisons de ce refus : est-ce une absence totale d’envie, une impossibilité physique, ou de mauvaises expériences de cette pratique ? Auquel cas, il faut vous faire à l’idée que cela n’arrivera probablement pas. Est-ce lié à une pudeur ou une peur ? Dans ce cas, les choses pourront être amenées à bouger (ou pas) avec du temps, de la confiance, et beaucoup de communication. Une chose est certaine, l’insistance n’est pas favorable à une relation de confiance.

Si ces pratiques qu’il-elle refuse sont nécessaires à votre épanouissement sexuel, il est possible que vous et votre partenaire ne soyez pas tout à fait compatibles sexuellement. Cela arrive. Parfois, cela peut mener à des séparations, mais il y a d’autres possibilités, comme aborder la possibilité de vivre en couple ouvert, ou essayer de trouver un terrain d’entente sexuel en élaborant des choses qui vous plaisent à tou∙te∙s les deux.

dolor sed efficitur. leo. Praesent dolor. commodo diam Aliquam libero. quis dictum