Clichés et fake news du sexe

accueil 5 société 5 éducation culture & société 5 Clichés et fake news du sexe
fake news du sexe
Il faut déchirer l’hymen lors du premier rapport sexuel

L’hymen n’est pas un opercule hermétique qui ferme complètement le vagin d’une personne qui n’a jamais eu de rapports sexuels, et qui doit être déchiré pour permettre la première pénétration. Lorsqu’il l’est, c’est problématique et cela nécessite une intervention chirurgicale.

L’hymen est une membrane élastique qui couvre partiellement l’entrée du vagin. Il est le plus souvent perforé d’un orifice plus ou moins large. Il existe beaucoup de configurations différentes de l’hymen…et parfois il n’y a pas d’hymen du tout.

La déchirure de l’hymen comme gage de virginité est un mythe qui a la vie dure ; mais tous les premiers rapports n’entraînent pas de saignements, car l’hymen peut s’être détendu naturellement pour différentes raisons.

Les femmes sont plus mentales, les hommes sont plus physiques

Encore une idée reçue qui a la vie dure ! L’idée selon laquelle les hommes et les femmes abordent la sexualité d’une manière fondamentalement (et « naturellement ») différente est fréquente.

Les femmes seraient plus « mentales » (ou fleur-bleue, selon à qui vous demandez), et les hommes plus « physiques ». Les femmes auraient donc besoin de s’entendre conter fleurette et d’imaginer mille choses avant qu’une étincelle de libido n’apparaisse, tandis que les hommes auraient un désir plus animal, pulsionnel, irrésistible…

Comme toutes les idées reçues, celle-ci passe sous silence une réalité beaucoup plus complexe. Elle dépossède également les femmes de leur possibilité d’avoir des désirs physiques. Et nie aux hommes d’avoir besoin d’un espace de fantasmes et/ou de confiance avant d’avoir des rapports sexuels.

Une femme qui a eu plein de partenaires, ça se sent, elle est moins serrée

Un vagin est composé de tissu élastique qui se détend sous l’effet de l’excitation, puis lorsqu’il est pénétré. Il reprend ensuite sa forme habituelle, dont la profondeur et la largeur est très différentes selon les personnes. Contrairement à ce que beaucoup pensent, il est impossible de déterminer le nombre de partenaires qu’une femme a eu par la « largeur de son vagin ».

Deux femmes ensemble ne peuvent pas avoir de vrais rapports sexuels, ce n’est que des caresses. Et puis d’ailleurs, comment elles savent que c’est fini s’il n’y a pas d’homme ?

L’idée qu’une éjaculation signe la fin d’un rapport sexuel est quand même très réductrice. D’abord car les femmes jouissent aussi. Et l’idée que la sexualité pénétrative est la seule qui soit « réellement » une sexualité est limitée… et limitante !

En bref :
– Deux femmes peuvent avoir des rapports sexuels ensemble, qui ne se limitent pas nécessairement à des caresses et peuvent inclure des pénétrations.
– Toute personne, quelle que soit son genre et le genre de son/ses partenaires, peut choisir de limiter un/des rapport(s) sexuel(s) à des caresses sans que cela ne rende moins légitime sa vie sexuelle.

S’il se retire, je ne peux pas tomber enceinte

FAUX, faux, archifaux. La méthode du retrait avant l’éjaculation est très loin d’être infaillible. En effet, le liquide préséminal (ce liquide qui lubrifie le gland du pénis lors de l’érection) contient des spermatozoïdes en petites quantités. Même si le retrait réduit les contacts avec des spermatozoïdes, il ne l’élimine pas. Et puis dans la fougue du moment, un accident est vite arrivé…

Une femme qui a ses règles est toujours de mauvaise humeur

L’argument des menstruations est souvent utilisé pour décrédibiliser une colère souvent légitime : « Tu as tes règles, ou quoi ? ».

Une femme qui a ses règles… a ses règles ; elle a probablement l’habitude de les avoir. Les règles impliquent une perte de sang et de tissus régulière pendant 3 à 7 jours. Des bouleversements hormonaux peuvent avoir un impact sur l’humeur, mais ces modifications diffèrent énormément d’une personne à l’autre. Ces saignements peuvent, pour certain-e-s, être accompagnés de douleurs plus ou moins importantes*. Parfois, cela va générer de la fatigue, qui est naturellement peu propice à une humeur guillerette. Mais cela n’est pas le cas pour tout le monde, et les grandes généralisations font plus de mal que de bien.

*Si vos règles vous causent des douleurs insoutenables, consultez un médecin. Vous souffrez peut-être d’endométriose.

Il faut un gros pénis pour donner du plaisir

C’est un argument très fréquent, nourri par la pornographie et des idées déformées sur l’anatomie : plus votre sexe est massif, plus la personne en face aura du plaisir. En réalité, ça ne fonctionne pas comme cela.

Un sexe de taille trop importante peut même devenir un inconvénient pour des rapports sexuels. Le vagin a en effet une taille limitée ; s’il se détend au moment de l’excitation sexuelle, il n’est pas infini, et la pénétration d’un sexe ou objet de longueur ou volume trop important peut faire mal… ou tout simplement ne pas fonctionner. Pour la pénétration anale, il y a plus de « marge », mais cela demande beaucoup de préparation, et énormément de délicatesse pour ne pas blesser votre partenaire.

En plus, il y a d’autres choses dans la sexualité que la pénétration que la pénétration pénis-vagin ou pénis-anus, et beaucoup de moyens de donner du plaisir à son/sa partenaire.

Une fille qui a des rapports avec plein de garçons ne se respecte pas

Soyons réalistes. Cette phrase signifie en réalité: je ne respecte pas les femmes qui ont plusieurs partenaires.

Pourquoi le respect qu’une femme a d’elle-même serait-il inversement proportionnel au nombre de ses partenaires sexuel-le-s ? Alors même que, pour un homme, avoir de nombreux-ses partenaires est quelque-chose de valorisant ?

Ces conceptions à double-vitesse de la sexualité relèvent de préjugés sexistes qu’il est important de déconstruire !

Un homme doit durer longtemps dans les rapports sexuels

L’éjaculation précoce est une angoisse pour beaucoup d’adolescents, et même souvent plus tard. Mais souvent, cette angoisse provient d’une vision faussée du temps moyen nécessaire pour parvenir à une éjaculation : de 4,3 minutes à 6 minutes selon l’âge. Loin des performances d’une demi-heure qui peuvent être ennuyeuses, voire douloureuses pour la/le partenaire. Et puis, après l’éjaculation, le rapport sexuel n’est pas nécessairement terminé !

Seuls les hommes gays aiment les rapports anaux

L’affinité pour une pratique sexuelle, en l’occurrence la sodomie ou les jeux anaux, n’est absolument pas un marqueur d’orientation sexuelle. Un point, c’est tout !
Pour en savoir +

Les poils chez les femmes, ce n’est pas hygiénique

Arrêtons-nous un instant à l’utilité de notre ami le poil dans le fonctionnement du corps : Les poils ont plusieurs rôles : ils protègent la peau et les muqueuses en jouant le rôle de filtres contre le soleil, la poussière, les micro-organismes…

Chez les hommes comme chez les femmes, les poils sont là pour une raison.

Que certain-e-s, quel que soit leur genre préfèrent les retirer ou les trouvent disgracieux, soit. Mais la diabolisation du poil sur un corps de femme n’a pas lieu d’être. Celles qui choisissent de garder leurs poils sur les jambes, le pubis et/ou les aisselles ont le droit de le faire, et ce n’est absolument pas contre-indiqué d’un point de vue de l’hygiène ni de la bienséance. En bref : chacun-e ses poils !