Masturbation et fantasmes : on en parle

accueil 9 Sexualités 9 pratiques et usages 9 Masturbation et fantasmes : on en parle
masturbation sexualités info santé
Je me masturbe tous les jours, est-ce que c’est normal ?
Axel

20 ans, Ambérieu-en-Bugey

La masturbation est une activité personnelle qui est vécue la plupart du temps dans l’intimité, il est donc difficile de savoir ce que font les autres et de pouvoir comparer. C’est donc une question qui revient souvent, à quelle fréquence faut-il se masturber ? A partir de quand c’est trop ?

Au début de sa vie sexuelle (en général), la masturbation permet de découvrir son corps et son plaisir. Se masturber permet de repérer ce qu’on aime, ce qu’on n’aime pas. Par exemple, « quand j’appuie ici ça fait du bien mais quand j’appuie trop ici ça fait mal ». Ça permet de se connaître et de pouvoir ensuite guider son ou sa partenaire.

La masturbation sert également d’exutoire, elle permet la satisfaction d’un besoin, d’une excitation sexuelle. Puisqu’on est tous et toutes différent.es, on a tous et toutes des manières de faire et des fréquences différentes. Certaines personnes ne se masturbent jamais, d’autres le font régulièrement. Ce sont des choses qui changent aussi selon les périodes de la vie. Parfois on a envie de beaucoup se masturber, parfois pas du tout. En bref, se masturber, c’est une activité normale.

La masturbation peut poser question uniquement lorsqu’elle devient compulsive ou addictive. Si on en vient à régulièrement se couper de ses activités, de son travail, ou du contact avec ses proches pour pouvoir se masturber, c’est peut-être qu’elle devient une sorte de refuge. Si on souhaite arrêter mais qu’il est impossible de se contrôler et qu’on n’y arrive pas, ça peut être le signe que l’activité masturbatoire prend trop de place.

A ce moment-là, il est possible d’en parler avec un.e médecin, un.e sexologue ou un.e psychologue qui pourra aider à comprendre ce qui se passe et aider à reprendre le contrôle.

@sexualites_info_sante les clichés sur la masturbation sont nombreux.🍆🍑🍒 #plaisir #sexed #solo #orgasme #clichés #penis #clitoris #sexo #santé #educationtiktok ♬ Big Thug Boys – AV

Je fantasme sur une actrice, ça veut dire que je dois essayer avec une femme ?
Sonia

28 ans, Rouen

C’est une question qui nous est souvent posée. Si on fantasme sur quelque chose, est-ce que ça veut dire que c’est une envie qu’on n’assume pas ? Est-ce que ça signifie qu’on refoule des désirs ? Est-ce qu’il faut passer à l’acte?  En d’autre terme, un fantasme est-il à prendre au sérieux ?

Un fantasme c’est une construction de l’imaginaire, consciente et/ou inconsciente, il permet de nourrir la libido, d’entretenir une excitation sexuelle. Les fantasmes sont très aléatoires et différents pour chacun et chacune d’entre nous. Parfois il y a des fantasmes récurrents, des images ou des scénarios qui font surgir une excitation sexuelle. On peut fantasmer une fois sur quelque chose, ou garder le même toute sa vie. Certaines personnes ont beaucoup de fantasmes différents, d’autres en ont un en particulier, d’autres enfin n’en ont pas forcément.

Le fantasme est utile pour nourrir l’imaginaire sexuel et alimenter le désir. Il s’agit donc du monde intérieur de l’imagination, de la créativité. Il ne s’agit pas de ce qui se passe dans la réalité. Il est donc important de distinguer le fantasme de la réalité.  Fantasmer ou être excité.e à travers une image ou un scénario ne signifie pas nécessairement que si la situation se produisait en vraie elle susciterait le même désir.

D’ailleurs, puisque le royaume du fantasme c’est l’imaginaire, beaucoup de choses sont possibles, des plus simples aux plus extravagantes. Tout est possible ! On peut fantasmer tous les jours sur le serveur du café d’en face, ou imaginer des scénarios d’héroïque fantasy. Cela peut surgir à des moments très différents : parfois dans la vie quotidienne lorsque l’esprit s’évade, parfois c’est un support pour la masturbation, ou alors il peut être convoqué pendant un rapport sexuel avec son.sa partenaire.

Ce qui est important de retenir c’est que ce n’est pas parce qu’une image ou un scénario génère en nous de l’excitation sexuelle que ça serait forcément pareil dans la réalité. On peut fantasmer sur des scénarios BDSM et n’aimer que les caresses, on peut fantasmer sur beaucoup de partenaires et être monogame. Toutes ces images servent à alimenter le désir et le plaisir, cela ne signifie pas du tout qu’on doive forcément le vivre dans la vraie vie.