Focus sur une IST : le VIH/Sida

accueil 5 santé 5 les bugs du corps 5 Focus sur une IST : le VIH/Sida

Le VIH/Sida, c’est quoi ?

Parmi les infections sexuellement transmissibles, le grand méchant loup – celle que tout le monde connaît et que beaucoup craignent, c’est le VIH. Son nom signifie Virus de l’Immunodéficience Humaine, car il attaque le système immunitaire des personnes porteuses et le détruit petit à petit. Le Sida (Syndrome d’Immunodéficience Acquise) est un stade avancé du VIH.

Attention : il ne faut pas confondre VIH et Sida. Une personne qui est porteuse du VIH n’a pas nécessairement « le sida ». Si elle prend un traitement, elle n’atteindra pas ce stade.

Comment se transmet-il ?

Le VIH est présent dans le sang, les sécrétions sexuelles (sperme, sécrétions vaginales), et le lait maternel. Mais cela ne signifie pas qu’il se transmet par simple contact d’un de ces liquides avec la peau ! Contrairement à ce que beaucoup pensent, ce virus ne peut se transmettre dans la vie quotidienne : il ne se transmet pas en embrassant, touchant une personne, ni en touchant accidentellement du sang sur une surface, ni par une piqûre de moustique…

Bref, il a des modes de transmissions bien spécifiques ! Par exemple, au niveau sexuel, il peut se transmettre par :
Pénétration vaginale ou anale non protégée,
Fellation faite (le risque est pour la personne qui pratique la fellation).

Il peut aussi se transmettre de la mère à l’enfant lors de la grossesse ou de l’allaitement, ou par partage de seringue ou de matériel lors de la consommation de drogues par voie intraveineuse.

Le saviez-vous ? En France, le délai de fiabilité d’un test VIH par prise de sang est de 6 semaines après le dernier rapport non ou mal protégé. Mais attention, ce délai est de 3 mois pour les autotests achetés en pharmacie.

Quels sont les symptômes ?

En début d’infection (environ 15 à 21 jours après) peuvent apparaître des symptômes rappelant une grosse grippe. Ces symptômes n’apparaissent pas toujours, et surtout ils ne sont pas spécifiques au VIH. Inutile donc de paniquer dès la première angine hivernale : si vous avez un doute sur une situation, il faut surtout faire un dépistage.

Lors de la phase chronique, celle ou le virus agit au niveau du système immunitaire, il y a généralement peu de symptômes. On peut constater un amaigrissement, une dégradation de l’état physique sur plusieurs années.

Le stade Sida est un stade où la dégradation du système immunitaire (qui sert à défendre le corps contre les maladie) est telle que la personne n’est plus protégée. Des infections surviennent : on les appelle des maladies opportunistes. Bénignes pour la population générale, ces infections sont graves pour des personnes ayant un système immunitaire dégradé.

Comment se dépiste-t-il ?

Le VIH peut se dépister par prise de sang. Ce test peut être réalisé dans un laboratoire d’analyses médicale avec une ordonnance de votre médecin, , ou dans un centre de dépistage gratuit (Cegidd).

Il peut également être dépisté en laboratoire sans prescription médicale, mais dans ce cas les frais ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.

Le VIH peut également se dépister par un test rapide, qui consiste à prélever quelques gouttes de sang au bout du doigt et de le mélanger à des réactifs qui génèrent une réponse positive ou négative. Ces tests sont entièrement fiables 3 mois après le dernier rapport non protégé. Il existe deux sortes de tests rapides : Le TROD, qui est toujours réalisé par une personne formée (professionnel-le de santé, membre d’une association) et l’autotest, qui peut être acheté en pharmacie et réalisé seul-e ou accompagné-e.

Comment se traite-t-il ?

Le traitement utilise des médicaments antirétroviraux. Dans la majorité des cas le traitement comporte 3 antirétroviraux différents, on parle alors de trithérapie. Il empêche la reproduction du virus, et donc la destruction du système immunitaire mais ne guérit pas le VIH. Il doit être pris quotidiennement. En empêchant la multiplication du virus il réduit progressivement la quantité de virus qui circule dans le sang jusqu’à sa disparition : on appelle ça la charge virale indétectable.

Comment s’en protéger ?

Le préservatif protège du VIH lorsqu’il est utilisé pour protéger les relations sexuelles avec des personnes dont vous ne connaissez pas le statut vis-à-vis du VIH, ou qui sont séropositives et dont la charge virale n’est pas indétectable.

Le TasP signifie Traitement Comme Prévention. On ne le redira jamais assez: une personne séropositive sous traitement avec une charge virale indétectable ne peut plus transmettre le virus.

La PrEP est un traitement préventif qui permet à des personnes qui ont des difficultés à se protéger par le préservatif d’éviter une infection par le VIH.

Le TPE ou Traitement Post Exposition est un traitement qui doit être pris juste après un risque (dans les 48h maximum). Ce traitement d’une durée de 28 jours empêche le VIH de pénétrer dans les cellules, et donc de vous infecter. Il est prescrit, après évaluation du risque par un médecin, dans tous les Cegidd, dans les services de maladies infectieuses et dans les services d’urgences.

Où en parler ?

Pour tout savoir sur le VIH/sida, pour connaitre les services dans lesquels vous pouvez vous faire dépister, prescrire un TPE ou un traitement Prep, vous pouvez contacter gratuitement par téléphone Sida Info Service au 0800 840 800.

Si vous préférez l’écrit, Sida Info Service est aussi joignable par livechat individuel, ou par email personnalisé avec une réponse assurée sous moins de 48 heures.

QUIZZ

Combien de temps après un risque, un test de dépistage VIH par prise de sang est-il fiable ?