Désir, libido… Kézako ?

accueil 5 sexualités 5 psy et sexualités 5 Désir, libido… Kézako ?
sexualités et maladies

Le désir, c’est sexuel ?

Le désir est un concept très complexe ! Depuis la Grèce antique, des philosophes tentent de définir le désir et sa fonction dans la vie de l’être humain. Sa définition dans le dictionnaire est “tendance qui porte à vouloir obtenir un objet connu ou imaginé“. Le désir n’est donc pas nécessairement sexuel. Il peut y avoir du désir entre deux personnes (ou plus) sans que ce désir ne soit traduit dans la sexualité. Dans un couple, le désir peut être sexuel, mais également relationnel: le désir d’être avec l’autre, de parler avec l’autre, joue un rôle tout aussi important.

Le saviez-vous ?
Le mot désir pourrait provenir du latin sidus qui signifie constellation d’étoiles. Le mot désir, selon cette étymologie, proviendrait de desideratio, et désignerait le regret de ne plus contempler le ciel étoilé.
Bien que contestée par certain-e-s linguistes, cette explication étymologique perdure, probablement car elle vient symboliser la notion de manque au cœur de certaines définitions du désir. (Source)

Je suis déjà tombée amoureuse, de filles et de garçons, mais je ne ressens pas du tout l’envie d’avoir des relations sexuelles avec ces personnes. Je suis en couple avec un garçon depuis quelques semaines. J’adore être avec lui, lui parler, les moments de tendresse et les baisers mais je n’ai toujours pas envie de faire l’amour. C’est comme si ce n’était juste pas fait pour moi. Est-ce que j’ai un problème ?

Myriam

22 ans, Annecy

C’est quoi la libido ?

Vous avez entendu parler de la libido ? De retrouver sa libido ? Ou encore de désirs libidineux ?

Le mot libido est communément associé au sexe. En psychanalyse, il désigne plus exactement l’énergie relative à la pulsion sexuelle, tandis qu’en biologie il s’agit plus globalement de l’instinct sexuel. Pourtant ce mot vient du latin « envie, désir, caprice, sensualité, désir amoureux ». Il ne se limite donc pas du tout aux relations sexuelles.

J’ai très envie tout le temps

Vous passez beaucoup de temps à rechercher des partenaires sexuels ? Plusieurs rapports sexuels par jour ne suffisent plus à vous satisfaire ? Vous avez repris une sexualité après une (longue) interruption et vous rattrapez le temps perdu ?

Ces situations très différentes peuvent vous amener à vous demander si c’est normal de penser autant au sexe. Vous pouvez même vous interroger sur une éventuelle addiction au sexe.

Comme pour d’autres activités, ce qui compte c’est le degré de satisfaction et de plaisir que vous continuez à ressentir dans votre sexualité. Si vous souffrez d’un manque permanent quels que soient le nombre de rapports sexuels que vous avez, alors il y a peut-être un souci. Mais si vous faites l’amour plusieurs fois par jour avec un-e ou des partenaires qui en a / ont autant envie que vous et que vous arrivez à vous protéger, où est le problème ?

Vraiment, ça ne me dit (plus) rien

De très nombreux articles se penchent sur « votre libido en baisse », voire en berne, et proposent des solutions afin de la rebooster, comme s’il s’agissait de productivité sexuelle dont tout une économie dépendait. Il y aurait donc un « trop peu » à combattre ?

En la matière il n’y a pas plus de normes qu’en lecture, par exemple. Certain-e-s aiment lire, d’autres moins, et c’est bien normal. Inutile donc de se forcer pour se conformer à ce qu’on croit devoir faire.

Sans compter que certains événements peuvent mobiliser toute l’énergie psychique et/ou physique, voire casser totalement toute envie, comme les violences sexuelles ou certains traumatismes. Même sans aller jusque-là, il est habituel pour certaines personnes d’avoir moins de libido à certaines périodes de leur vie. Les raisons peuvent être multiples : on est préoccupé-e par autre chose, on prend un traitement qui a un impact sur la libido, on est fatigué-e ou stressé-e, ou juste sans raison particulière.

Certain-es se définissent comme ace ou asexuel-le-s, ce qui ne signifie pas forcément qu’ils-elles rejettent toute forme de sexualité. En fait, c’est comme pour tout… ça dépend des gens (et des moments) !

A qui en parler ?

Les écoutant-e-s de Sexualités Info Santé sont à votre écoute par livechat ou par mail.

sed quis, accumsan vel, Phasellus venenatis id, libero