Contraception et charge mentale : ras-le-bol

Date : 26 septembre 2021
« C’est un truc de fille » « Ce n’est pas mon problème » « Je ne vais pas m’embêter avec ça »

 

 

Journée mondiale de la contraception : 26 septembre 


Vous avez déjà entendu ça de la part de votre compagnon ? C’est que l’on appelle la charge mentale et elle s’applique très bien lorsque l’on parle de contraception.

De plus en plus de femmes expriment, à juste titre, un ras-le-bol concernant la contraception… effets secondaires, contraintes, scandales sanitaires trop c’est trop !

Une enquête réalisée en 2018 par le laboratoire Terpan et le site Bellattitude.fr auprès de 752 françaises âgées de 18 à 35 ans, a montré que 83 % des femmes pensent assumer davantage de responsabilités que les hommes en matière de sexualité. Parmi les facteurs les plus difficiles à gérer on retrouve la contraception et la complexité que cela peut engendrer. 86 % estiment difficile la gestion des rendez-vous médicaux, 81 % rencontrent des problèmes de rigueur avec la prise de la pilule et 60 % ont peur d’une grossesse. Cela fait beaucoup de choses à penser pour un acte qui concerne deux personnes.

Parmi les solutions afin d’alléger cette charge, vous pouvez demander à votre partenaire de se renseigner sur les coûts et effets indésirables, partager les frais ou encore mettre une alarme sur son téléphone pour s’assurer qu’il n’y aura aucun oubli.