Contraception et charge mentale : ras-le-bol

26 Sep 2021 | A la Une, Actus

« C’est un truc de fille » « Ce n’est pas mon problème » « Je ne vais pas m’embêter avec ça »

Journée mondiale de la contraception : 26 septembre 

Vous avez déjà entendu ça de la part de votre compagnon ? C’est que l’on appelle la charge mentale et elle s’applique très bien lorsque l’on parle de contraception.

De plus en plus de femmes expriment, à juste titre, un ras-le-bol concernant la contraception… effets secondaires, contraintes, scandales sanitaires trop c’est trop !

Une enquête réalisée en 2018 par le laboratoire Terpan et le site Bellattitude.fr auprès de 752 françaises âgées de 18 à 35 ans, a montré que 83 % des femmes pensent assumer davantage de responsabilités que les hommes en matière de sexualité. Parmi les facteurs les plus difficiles à gérer on retrouve la contraception et la complexité que cela peut engendrer. 86 % estiment difficile la gestion des rendez-vous médicaux, 81 % rencontrent des problèmes de rigueur avec la prise de la pilule et 60 % ont peur d’une grossesse. Cela fait beaucoup de choses à penser pour un acte qui concerne deux personnes.

Parmi les solutions afin d’alléger cette charge, vous pouvez demander à votre partenaire de se renseigner sur les coûts et effets indésirables, partager les frais ou encore mettre une alarme sur son téléphone pour s’assurer qu’il n’y aura aucun oubli.

AUTRES ACTUS

Le confinement bouleverse-t-il nos vies intimes ?

Le confinement bouleverse-t-il nos vies intimes ?

Coraline Delebarre est psychologue et sexologue. Elle exerce au Cegidd du CHI André Grégoire à Montreuil (93), ainsi qu’en libéral dans le 9e arrondissement de Paris. Elle travaille depuis plus de dix ans dans la lutte contre le VIH et pour la santé sexuelle avec un...