La vasectomie : une autre idée de la contraception

Date : 26 septembre 2021

 

Journée mondiale de la contraception : 26 septembre

Et s’il y avait autre chose que le stérilet/pilule/implant comme contraceptif ?

Pour faire un enfant il faut deux choses : un ovule et un spermatozoïde, et les contraceptions majoritairement utilisées agissent systématiquement sur l’ovulation. Et si on inversait ? Voici la vasectomie et la vasosvasostomie ! Mais non pas de panique !

Il s’agit d’une micro-chirurgie durant une dizaine de minutes et qui vise à bloquer l’arrivée des spermatozoïdes à partir des testicules ce qui entraîne une infertilité quasi-permanente. Quasi car il existe un renversement de la vasectomie, comme une réparation, appelé vasovasostomie. Cependant, cette reconstitution n’est pas complètement efficace, les études montrent que seulement 50% des couples ayant eu recours à une vasovasostomie obtiendront une grossesse.

Attention : cela n’empêche pas l’éjaculation (les spermatozoïdes ne représentent que 2 % de l’éjaculation), ni la production de spermatozoïdes dans les testicules, la vasectomie ne change en rien l’érection, la libido, la production d’hormone, donc la sexualité dans sa globalité !

En France, cette pratique reste très marginale alors qu’au Québec, c’est une contraception très souvent utilisée. On considère qu’elle est efficace à 99.8 % ce qui est plus qu’excellent comparée aux autres mode de contraception (91 % pour la pilule, 85 % pour le préservatif).

La vasectomie reste la méthode de stérilisation la plus simple et la moins contraignante comparé à la ligature des trompes qui est une opération beaucoup plus invasive et douloureuse. Ce choix est souvent fait par des couples ayant déjà eu un ou des enfants et qui souhaitent libérer leur partenaire de la contraception classique.

Alors ça vous tente ? Retrouvez plus d’informations sur :